Critique cinéma : Ouistreham

20/01/2022

Dunkerque

Studio 43

Dans le film d’Emmanuel Carrère, il y a trois films : le premier dresse un tableau des travailleurs précaires du nettoyage, le second est le récit d’une imposture (sujet de prédilection du réalisateur écrivain), le troisième est une belle galerie de portraits.

Le premier de ces films n’est pas très original. On a vu mille fois, chez Ken Loach et ailleurs, les ravages du travail précaire. L’originalité est ici de s’intéresser particulièrement au travail sur les ferrys, incroyablement dur.

Le second ne m’a pas réellement convaincu. Je trouve que le personnage joué par Juliette Binoche ne fait sentir que superficiellement les affres que traverse l’écrivaine infiltrée, dont on ne comprend pas forcément tous les choix.

C’est finalement le troisième film, qui fait la part belle à une galerie d’acteurs et d’actrices non professionnels, qui pour moi donne toute sa valeur à Ouistreham. Le spectateur n’oubliera pas de sitôt l’énergie brute de la formidable Hélène Lambert (Christèle), la bonhommie de Didier Dupin (Cédric), l’éclatante vitalité d’Emily Madeleine (Justine), la fraîcheur irrésistible de Léa Carne (Marilou) et tranquille sérénité d’Evelyne Porée (Nadège).

L’énergie de ces personnages finit par arracher quelques larmes, reléguant la prestation de Juliette Binoche au second plan et enjambant l’inconsistance de la mise en scène d’Emmanuel Carrère. Un beau film.

 

Novembre 2022 N°226
Annonce
NOTRE PAGE FACEBOOK
En savoir plus
Share via
Copy link
Powered by Social Snap